Dans les dép. 46 - 81 - 82
 

L'Association

Le Conseil d'Administration
Vign_logo_texture

L'association Sauvegarde de l'Enfance de Tarn et Garonne gère deux services d'AEMO (AEMO81 / AEMO82), deux établissements de placement familial (SAFS82PFQ) un service d'investigation Educative (SIE), un service de médiation familiale (EMF82), un service Point rencontre / Point échange et deux établissements d'hébergement (CAO / CEF)




Cette association a été fondée en 1956.

Elle a pour but de répondre aux besoins des enfants, des adolescents et des familles, où des problèmes de mauvais traitements, de défaillances éducatives ou de délinquance sont signalés.

La Sauvegarde de l'Enfance de Tarn et Garonne fédérée à la CNAPE ( Convention Nationale des Associations de Protection de l'Enfant), souhaite ainsi reconnaître dans cette action les valeurs fondatrices de son engagement :

    - Promouvoir le développement harmonieux de la personne humaine,
    - Accompagner et soutenir la construction du projet de vie de celles et ceux qui, à un moment de leur existence, sont en difficulté ou en danger,
    - Donner à l'acte éducatif, fondateur d'une société plus juste, plus solidaire, faite d'espoir et de progrés partagés, tout son sens de facteur d'épanouissement d'enfants et d'adolescents, respectés dans leurs droits et accompagnés dans leur marche vers la responsabilité et la liberté.

 
Adhérent de
 
Vign_CNAPE

CNAPE (Convention Nationale des Associations de Protection de l'Enfant)


Depuis près de 70 ans, la CNAPE, fédération des associations de protection de
l’enfant, contribue à promouvoir la place de l’enfant au coeur des politiques
publiques, à le protéger et à l’accompagner dans l’ensemble des difficultés qu’il peut rencontrer.
Reconnue d’utilité publique depuis 1982, la CNAPE est un partenaire national
essentiel pour les décideurs publics, les magistrats, les élus, les responsables
économiques, et est une référence incontournable dans l’élaboration des
politiques sociales.

 
Video introductive de la conférence-anniversaire de la CNAPE "Le droit à la protection de l'enfant", qui s’est tenue le 16 novembre 2018, réalisée par  Bertrand Hagenmuller
 
Vign_logo_fn3s

FN3S

(Fédération Nationale des Services Sociaux Spécialisés)

 
Vign_ffer_logo

    FFER (Federation Française des Espaces Rencontre)  

 
Vign_logo_cnaemo
CNAEMO (Carrefour National de l'Action Educative en Milieu Ouvert)
 
Vign_logo-fenamef
FENAMEF
(
dération Nationale de la Médiation et des Espaces Familiaux)
 
.
Charte droits et libertés de la personne accueillie
Extraits de la Charte des droits et libertés de la personne accueillie
J.O du 9 octobre 2003

[Texte complet disponible en téléchargement sur cette même page]

Article 1er : Principe de non-discrimination
Dans le respect des conditions particulières de prise en charge et d’accompagnement, prévues par la loi, nul ne peut faire l’objet d’une discrimination à raison de son origine, notamment ethnique ou sociale, de son apparence physique, de ses caractéristiques génétiques, de son orientation sexuelle, de son handicap, de son âge, de ses opinions et convictions, notamment politiques ou religieuses, lors d’une prise en charge ou d’un accompagnement, social ou médico-social.

Article 3 : Droit à l’information
La personne bénéficiaire de prestations ou de services a droit à une information claire, compréhensible et adaptée sur la prise en charge et l’accompagnement demandés ou dont elle bénéficie, ainsi que sur ses droits et sur l’organisation et le fonctionnement de l’établissement, du service ou de la forme de prise en charge ou d’accompagnement. « …. ».

Article 7 : Droit à la protection
Il est garanti à la personne comme à ses représentants légaux et à sa famille, par l’ensemble des personnels ou personnes réalisant une prise en charge ou un accompagnement, le respect de la confidentialité des informations la concernant dans le cadre des lois existantes.
« ... ».

Article 12 : Respect de la dignité de la personne et de son intimité
Le respect de la dignité et de l’intégrité de la personne est garanti.
Hors la nécessité exclusive et objective de la réalisation de la prise en charge ou de l’accompagnement, le droit à l’intimité doit être préservé.

© ADSEA82 2011